Précédent
Suivant
Au maître, au confrère, à l'ami : florilège d'envois à Paul Bourget

Edith Wharton (1862-1937)

Cette romancière et journaliste américaine fut introduite par Paul Bourget en 1893, dans les salons de la haute société parisienne. Au-delà de leur proximité littéraire de romanciers psychologiques et mondains, les journaux intimes de Paul Bourget et de sa femme, Minnie David, comme leurs correspondances, témoignent de leurs liens amicaux fréquents et indéfectibles. Les époux Bourget invitèrent, à de nombreuses reprises, la romancière dans leur villa du Plantier de Costebelle, à Hyères qu’ils acquièrent en 1896. Edith Wharton loua en 1927, dans la presqu’île hyéroise, le Castel Sainte-Claire, pour être encore plus proche de ses amis. Paul Bourget écrivit plusieurs préfaces de ses livres traduits en français notamment celle du roman, Chez les Heureux du monde, paru chez Plon-Nourrit en 1908. Grande voyageuse, Wharton fit plusieurs périples en automobile avec le couple. Elle fut l’une des rares femmes écrivains avec Colette à se rendre sur le front, durant la guerre 14-18. Elle en tira un recueil, La France en guerre, agissant aussi pour collecter des fonds pour son American Hostels for Refugees. Décorée de la Légion d'honneur, elle meurt peu après Bourget. Son dernier roman, Les Boucanières, inachevé, est publié à titre posthume en 1938.

Pour en savoir plus :
TINTNER, Adeline, “Edith Wharton and Paul Bourget", Edith Wharton Review, n° 8.1, 1991, p. 16-18.




Permalien
https://bibliotheque-numerique.icp.fr/idurl/4/8615