Précédent
Suivant
Au maître, au confrère, à l'ami : florilège d'envois à Paul Bourget

Charles Maurras (1868-1952)

Journaliste aux dix mille articles, théoricien de l’Action française, prônant le nationalisme intégral et le retour à la monarchie, Charles Maurras découvrit les milieux littéraires parisiens vingt ans après Bourget. Il exerça sa plume avec une célérité critique, mais dithyrambique sur l’œuvre romanesque de Bourget. Maurras reprit dans Outre-Mer (1895) les propos de Bourget sur « la solution monarchiste » qui est « la seule qui soit conforme aux enseignements les plus récents de la science ». Apprécié par Bourget, l’écrivain provençal lui dédicaça sa brochure Trois idées politiques en 1898. Alors convaincu qu’il fallait « défaire systématiquement l’œuvre meurtrière de la Révolution française », Bourget fut le seul écrivain à répondre, le 19 août 1900, à l’enquête sur la monarchie de Maurras. L’académicien fut sans doute, avec Jules Lemaître, la plus belle prise de l’Action française. Sa « fascination intellectuelle et sa projection affective » pour Maurras, selon les mots de Laurent Joly, ne sont pas étrangères à cette adhésion. Barrès, l’ami de toujours, d’un nationalisme exempt de tout royalisme, avait pu prendre ombrage de cette relation. L’auteur de L’Étape (1902) fut salué par Maurras comme un « illustre maître », avec ce roman de la double conversion au catholicisme et au monarchisme. Après avoir parrainé intellectuellement les premières années de l’Action française, Bourget s’en détacha rapidement. Maurras rassembla, en 1931, dans son Triptyque de Paul Bourget, trois portraits distincts et échelonnés. Il célébra d’abord en Bourget le poète et l’homme de lettres en 1895. Puis il souligna la posture de Bourget comme « fervent catholique » en 1900. Enfin, en 1923, pour Maurras, le « Bourget politique et sociologue » aurait dû être « populaire » pour toute une jeunesse monarchiste. Maurras continua de réécrire, et de s’approprier, à sa manière, la figure et les mots de Bourget dans Jacques Bainville et Paul Bourget, paru en février 1936.

Pour en savoir plus :
JOLY, Laurent, « Les “grands écrivains sont avec nous” Bourget, Lemaître et l’Action française », dans Michel Leymarie, Olivier Dard, Jean-Yves Guérin (éds.), Maurrassisme et littérature. L’Action française. Culture, société, politique (IV), Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2012, p. 37-53.




Permalien
https://bibliotheque-numerique.icp.fr/idurl/4/8621